Coloquio internacional «Médias et Pouvoir, Socio-Anthropologie du Politique Contemporain (Hommage à L.V. Thomas)», Atenas, 22 de enero, 2014 / Universidad Parteion de Atenas – ISA Comité RC 24

Posted on 2013/11/15

1



Coloquio internacional «Médias et Pouvoir, Socio-Anthropologie du Politique Contemporain (Hommage à L.V. Thomas)», Atenas, 22 de enero, 2014 / Universidad Parteion de Atenas y el Comité de investigación RC24 de la ISA

  • Les Départements de Sociologie et de Communication, Médias et Culture de l’Université Panteion,

  •   Le Département de Communication et Médias de Masse de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes,

  •   L’Association Internationale de Sociologie, CR Sociologie de la Communication, de la Connaissance et de la Culture,

  •   L’Association Internationale des Sociologues de Langue Française –GT Socioanthropologie Politique,

  •   L’Institut Français de Grèce,

  •   L’Association des Membres dans l’Ordre des Palmes Académiques-Section Hellénique,

  •   L’Association Grecque de Science Politique,

    En collaboration avec:

    •   Le Département d’Anthropologie Culturelle et de Communication, de la Faculté de Journalisme et Sciences de la Communication de l’Université de Bucarest,

    •   Le Master « Science Politique et Sociologie » du Département Science Politique et Gestion Publique de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes,

    •   Le Groupe d’Études et de Recherche Interdisciplinaire de l’Université de Lille III,

    •   Le laboratoire LAIOS (Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales), de la MSH, Paris,

    •   Le laboratoire MICA (Médiation, Information,

      Communication, Art), de l’Université Bordeaux 3,

    •   Le GRER (Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio),

    •   Le CETCOPRA, (Centre d’Études des Techniques, des

      Connaissances et des Pratiques), Université de Paris I,

    •   Le Groupe de Recherche Magistrature, Société et Politique du Conseil National de Développement Scientifique et Technologique du Brésil (CNPq)

    • L’ Université Mechnikov d’ Odessa. Annoncent un colloque qui aura lieu le 22 janvier 2014 à Athènes, avec le thème :

Médias et Pouvoir, Socio-Anthropologie du Politique Contemporain (Hommage à L.V. Thomas)

La « médiatisation de la vie politique » (l’utilisation intensive et régulière par la classe politique de la presse, de la radio et surtout de la télévision) est liée indissociablement à la transformation du cadre politique des sociétés modernes situant progressivement la question des rapports entre médias et pouvoirs au cœur des débats. La relation entre médias et vie politique

constitue de nos jours, un facteur important de la compréhension des enjeux liés aux pouvoirs en vigueur, un domaine idéal pour l’analyse socio- anthropologique du « politique » contemporain.

Une des caractéristiques des hommes politiques d’aujourd’hui c’est qu’ils adoptent un moi dramatique qui se dégage du spectacle que l’on propose (qui peut aller jusqu’aux émissions de divertissement) tandis que les spécialistes de la mise en scène sont très souvent des « communicants » (journalistes entre autres). Les grands orateurs ont partiellement disparu, remplacés par des techniciens de la parole où la campagne électorale se présente comme une séquence privilégiée de construction de la réalité politique et signifie surtout l’imposition des symboles, d’images et de discours c’est à dire les constituants d’une mythologie politique contemporaine (où la logique de la communication semble l’emporter sur la « logique politique ») ; cette « mutation » va de pair avec une autre caractéristique importante du politique contemporain et qui consiste à la « gestion» (formelle) des exigences des pouvoirs économiques. Cette transformation se trouve au cœur de l’approche du sens du pouvoir dans la société « mondialisée ».

Tout groupe social peut être considéré comme un faisceau de relations de pouvoir (castrateur et sacré) qui touchent au devenir de l’homme ; mais le pouvoir est intimement lié à la mort : le pouvoir de la mort qui s’impose comme une implacable nécessité; c’est aussi le pouvoir sur la mort, avec le fol espoir de la différer ou d’en supprimer l’horreur ou le pouvoir par la mort, inséparable de l’exercice direct ou indirect du pouvoir, ce même pouvoir qui peut donner l’illusion de l’immortalité; dans ce sens, tout pouvoir s’appuie sur la crainte de la mort; étant donné qu’il n’est point d’organisation sociale sans exercice direct ou indirect du pouvoir, la mort est en quelque sorte le point ultime vers lequel tend ce dernier car il n’est point de pouvoir sans entrave à la spontanéité de la vie. Pourtant, si le pouvoir est l’expression de la pulsion de mort, la transgression et la révolte sont des signes de la pulsion de vie, de la libido, de la création du « neuf ».

Des chercheurs en Sciences Sociales, travaillant dans des domaines comme la Socio-anthropologie de la communication et du politique sont invités à participer aux débats; on prévoit plus précisément, les axes de réflexion suivants:

  • Questions théoriques liées au sujet «Communication et Pouvoir » : pouvoirs mortifères, société de conservation, mémoire ou pluralité des « survies » ; le sens de l’ « immortalité » ou encore la transversalité épistémologique, peuvent en faire l’objet.
  • Pouvoirs actuels et Médias : pouvoirs politiques, économiques, religieux, « animistes », techniques etc.
  • Inconscient et Culture – Fantasmes, œuvres d’art et médias : tour d’horizon dans l’imaginaire (par l’analyse des œuvres d’art, de la Science Fiction, des mythes et des récits) permettant de dénouer à travers les fantasmes (surtout les fantasmes d’angoisse), les signes de mort de la société contemporaine, « malade de ses progrès »).

Les propositions des communications (titre et bref résumé) sont à envoyer jusqu’au 31 octobre 2013 à: christiana@panteion.gr

Comité scientifique international

Bouvier Pierre, Paris X, LAIOS, IIAC/EHESS, Paris Chantraine Olivier, Université de Lille III Cheval Jean-Jacques, Université de Bordeaux III Frumusani Daniela, Université de Bucarest, Péquignot Bruno, Université de Paris III, Sorbonne Nouvelle Rojo Raul-Enrique, Université Fédérale de Rio Grande-do-Sul, Porto-Alegre Souffron Valérie, Université de Paris I

Comité scientifique local

Aranitou Valia Association Grecque de Science Politique Christodoulou Nicolas Institut Français de Grèce, AMOPA Constantopoulou Christiana, Université Panteion Sciences Sociales et Politiques Psilla Marianna, Université Panteion Sciences Sociales et Politiques Rigou Myrto, Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes Vovou Ioanna, Université Panteion Sciences Sociales et Politiques

Programme préliminaire

  • Auditorium de l’Institut Français de Grèce, 31, rue Sina, Athènes

Horario

  • 09.30-9.45 Mots de bienvenue,
  • 09.45-11.45 Introduction à la thématique du colloque
  • 12.00-14.00 Questions théoriques
  • 17.00-19.00 Médias et Pouvoirs actuels
  • 19.15-21.00 Inconscient et Culture
  • 21.00-21.30 Table Ronde

Louis-Vincent Thomas, né le 20 mai 1922 et mort le 22 janvier 1994, est un universitaire français, spécialiste de l’Afrique, qu’il a étudiée tour à tour ou simultanément sous les angles de la sociologie, de l’anthropologie et de l’ethnologie. Il est le créateur de la thanatologie, qui se veut le regroupement de tous les savoirs théologiques, philosophiques et scientifiques relatifs à la mort. Après avoir enseigné à l’université de Dakar (Sénégal), où il fut aussi doyen, il a été professeur de sociologie à l’UER des Sciences sociales de l’Université Paris V. Ses écrits ont traité des idéologies et du socialisme, des rites funéraires et des systèmes de pensée en Afrique noire, puis de la mort, des religions et des idéologies funéraires en Afrique. Il a ensuite réalisé des études comparées sur la mort en Occident et en Afrique, avant de s’intéresser aux littératures de l’imaginaire, en particulier la science-fiction dans laquelle il voyait une réhabilitation des mythes. Il a souvent dénoncé la fausse rupture entre anthropologie et sociologie.

Œuvres :
Les Diola. Essai d’analyse fonctionnelle sur une population de Basse-Casamance (thèse), Université de Paris : Faculté des lettres, 1959
• Joseph Kerharo et Louis-Vincent Thomas, “La médecine traditionnelle des Diola de Basse-Casamance”, Afrique-Documents, 5e et 6e cahiers, Dakar, 1963, 70 et 71, 179 p., p. 167-1792
Les idéologies négro-africaines d’aujourd’hui, Paris : A.G. Nizet, 1965
Le socialisme et l’Afrique
Tome 1, Essai sur le socialisme africain, Paris : Le livre Africain, 1966
Tome 2, L’idéologie socialiste et les voies africaines de développement, Paris : Le livre Africain, 1966
Cinq essais sur la mort africaine, Dakar, Université de Dakar, Faculté des lettres et sciences humaines, 1968.
Anthropologie de la mort, Payot, 1975
Civilisation et divagations. Mort, fantasmes, science-fiction, Payot, 1979
La Mort africaine : idéologie funéraire en Afrique noire, Payot, 1982
• Fantasmes au quotidien, Librairie des Méridiens, coll. « Sociologies au quotidien », 1984 (sur la science-fiction)
Anthropologie des obsessions, L’Harmattan, 1988 (sur la science-fiction)
• Préface de : Martine Courtois, Les Mots de la mort, Belin, 1991
• Préface de : Issa Makhlouf, Beyrouth ou la fascination de la mort, Éditions de La Passion, 1988.
Mort et pouvoir, Petite Bibl. Payot, Payot, 1998
La mort en question. Traces de mort, mort des traces, L’Harmattan, Nouvelles Études Anthropologiques, 1991
Anthropologie de la maladie. Étude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société contemporaines, Bibl.scientifique avec François Laplantine, Payot, 1993
Mélanges thanatiques. Deux essais pour une anthropologie de la transversalité, L’Harmattan, Nouvelles Études Anthropologiques, 1993
Les religions d’Afrique noire, textes et traditions sacrés, avec René Luneau, Stock, 1995
Mort et pouvoir, Petite Bibl. Payot, Payot, 1999
• Les chairs de la mort : corps, mort, Afrique, Paris : Inst. d’Éd. Sanofi-Synthélabo, 2000 (Les empêcheurs de penser en rond), Préface de Jean-Marie Brohm
La terre africaine et ses religions, avec René Luneau, L’Harmattan, 2000
La mort, Que Sais-Je, Puf, 2003
Pouvoirs sorciers. Enquêtes sur les pratiques actuelles de sorcellerie, avec Dominique Camus, Imago, 2004
Fantasme et formation. Inconscient et Culture, avec René Kaës et Didier Anzieu, Dunod, 2006
• “Éléments pour un itinéraire”, Sociétés, no. 93, 2006/3, pp. 39–43, De Boeck Éditions, ISBN 2-8041-5181-6.

Éléments de bibliographie
• « Une galaxie anthropologique. Hommage à Louis-Vincent Thomas », Quel corps ?, 38/39, Octobre 1989
• « Socio-anthropologie de la mort : Louis-Vincent Thomas : dix ans après », Revue de l’Institut de sociologie, 2005, n°3/4).